Non classé

Le 23 novembre stage avec Annick Charlot.

Ce stage est un report de l’an dernier et s’inscrit donc dans sa thématique: passages.

Voilà ce que nous en dit Annick Charlot:

Passage : action, fait de passer ou de faire passer. 

De mille et une façons, ainsi que nous l’avons commencé l’année dernière, j’aimerais partager avec vous l’exploration dansée du « Passage » : un passage pas sage ! N’est-ce pas ce qui nous fait nous sentir vivants, vraiment vivants ? : trouver cette voie de passage en soi ! Celle qui ouvre de l’espace en nous et de la relation avec les autres. Soudain le passage est là je le reconnais. Danser, c’est cela, dans chacune de ses dimensions ; l’effort du corps, l’intelligence sensible, la concentration profonde, le souffle du mouvement, ou les émotions ex ou im-primées ; Lorsque nous dansons, nous trouvons un passage en nous ! Et ça, c’est joyeux, vif et plein ! 

LA COMPAGNIE ACTE/ANNICK CHARLOT
“Par la danse, appartenir au commun”
C’est à 22 ans, en 1984 que je décide d’arrêter là mon voyage universitaire scientifique pour devenir danseuse contemporaine. Ce métier, chacune de mes respirations commence alors à me l’apprendre, intensément ;
– durant 15 années, en formation, danseuse interprète, enseignante dans la compagnie Hallet Eghayan, à Lyon, ou la compagnie des Opailleurs à Paris.
– Puis 20 ans encore, fondant en 2000, la Compagnie ACTE, à Lyon. Alors chorégraphe, danseuse et directrice artistique, et commençant à dire Nous.
Ainsi, l’équipe ACTE, le public et moi, ainsi que des collaborations d’artistes, mais aussi de chercheuse·rs, architectes, sociologues, géographes, créons et faisons vivre en 20 ans :
– plus de 10 créations majeures, soutenues pour nombre d’entre elles, à Lyon, par la Biennale et la Maison de la danse ou la Maison de la danse de Lyon,
– des 12ènes de micro œuvres, uniques, « made to measures »,
– un lieu de travail, le Studio des Hérideaux à Lyon,
– des heures de vol de transmissions.
Actif·ves, visibles, soutenu·es (ou pas) à l’échelle d’une carte de géographie aujourd’hui européenne, sur de multiples terrains de création.

Ce qui me donne vie et énergie d’artiste ? : _ faire surgir le visible de l’invisible, créer dans le créé, avec le déjà-là ! Inventer par la danse, une continuité entre l’art et le monde et défendre « l’art comme manière de faire société ». Dès 2008, c’est par cela que s’affirme une démarche de création qui s’écarte des lieux dédiés à la danse pour investir l’espace public, passer de la scène à l’espace commun, aller jusqu’à inscrire le public dans le processus de création.

Ainsi, LIEU d’ÊTRE, manifeste chorégraphique pour l’Utopie d’habiter, créé en 2010 pour la Biennale de la danse de Lyon puis de multiples créations in situ dont JOURNAL d’un SEUL JOUR en 2016, signent et prolongent ces recherches pour insérer la danse dans les paysages de la vie, associer spectateurs/trices, “complices” et artistes dans un acte artistique. Je le nomme « poélitique ». Aujourd’hui PUBLIC·QUES ! et demain SORCIERE ! (2018-2021) – Dyptique en création, sur la place des femmes dans l’espace citoyen  – , œuvrent encore à ce chantier, tandis qu’en 2020 je dirai je à nouveau, danseuse-interprète de Bêtes de scène ; création de la compagnie des Orpailleurs, à Paris. 

PASSAGES, PAS SAGES ! 

Passage bruyant, ininterrompu, rapide, silencieux, d’un promeneur, d’une foule, d’une armée,
passage d’un obstacle, passage d’un tourbillon, passage poétique;
Passage de l’eau, du courant électrique, d’une comète, passage sensible,
passage nuageux, difficile ou heureux…passage d’une époque, d’une heure…
Passage de la Manche, d’un col, d’une ligne de démarcation. Passage étroit, important ou amoureux…
Passage d’un état de corps à un autre, de la colère à la joie, à l’age adulte ou à l’état gazeux,
Passons de la pensée au geste, de l’intention à l’action, de l’intime au commun, d’un monde à un autre…
Accélérer, assurer, attendre, conditionner, déceler, reproduire, interpréter,
empêcher, favoriser, gêner, guetter, interdire, interrompre, marquer,
observer, permettre, provoquer, s’opposer; laisser… les traces de son passage.
Le passage est une danse, la danse un passage,
tout autant un espace, qu’un temps, toujours un mouvement,
tout autant une action, qu’un lieu.
C’est aussi une transformation, une métamorphose 

Je crois au mouvement, au point de passage, aux voies de passages,
De l’immobilité à la danse, passage au pas sage !
Ensemble, joyeusement nous les parcourrons.
Jour de passage ! 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*